|

    • Français
    • Anglais

    30
    Août

    EDF accélère dans la mobilité électrique et H2

    Trois questions à Anne-Sophie Cochelin, Directrice Transition Ecologique région PACA du groupe EDF, partenaire premium de la prochaine édition du Forum Energy for Smart Mobility, les 6 & 7 octobre prochains.

    E4SM : Quelles sont les priorités d’EDF en matière de mobilité durable pour les prochains mois ?

    Anne-Sophie Cochelin : Pour rappel, la raison d’être d’EDF est de construire un avenir énergétique neutre en CO₂, conciliant préservation de la planète, bien-être et développement, grâce à son électricité bas carbone et à ses solutions et services innovants. En termes de mobilité durable, nous avons plusieurs priorités. D’abord accélérer le développement de la mobilité électrique avec le PlanMobilité électrique du groupe et, pour ce faire, réaliser 3 objectifs stratégiques sur 4 pays cœurs de cible en Europe (France ; Royaume-Uni ; Belgique ; Italie) : être le 1er fournisseur en électricité pour véhicule électrique, déployer plus de 150 000 points de charges d’ici 2023 et à cette même échéance et exploiter plus de 10 000 points de charges intelligents.

    Ensuite, grâce à notre filiale Izivia, proposer la solution de recharge électrique adaptée aux besoins de nos clients, que ces besoins soient exprimés en milieu urbain ou rural, à domicile ou en entreprise, pour de la recharge de proximité (en voirie publique) ou en itinérance (grands axes routiers). Et cela avec des puissances de recharge et des technologies adaptées à chaque besoin, de la recharge la plus simple à la plus intelligente, de la Wall Box à la borne V2G.

    Autre priorité, cette fois avec notre filiale Hynamics, mailler les territoires de stations de production et de distribution d’hydrogène bas carbone et renouvelable pour la mobilité lourde (trains, bus, bennes à ordures ménagères, véhicules utilitaires et moyens de transport fluviaux), en proposant à nos clients des solutions clés en main allant de la conception des installations à l’exploitation et la maintenance en passant par la construction. Nous allons ainsi investir 220 M€ en France et en Allemagne d’ici 2023. Nous avons actuellement une trentaine de projets développés en France et en Europe et visons 30% du marché européen de l’hydrogène d’ici 2030.

    Enfin, nous allons continuer à co-construire avec nos partenaires (constructeurs auto, collectivités locales, VTC, loueurs, professionnels de l’immobilier …) le développement de la mobilité bas carbone et accompagner ainsi le plan de relance, sur tous les territoires.

    E4SM : Pouvez-vous présenter des projets innovants en cours de réalisation ? 

    Anne-Sophie Cochelin : Nous menons bien sûr de nombreux projets territoriaux pour contribuer au plan de relance des territoires. J’en citerai trois. D’abord le Projet EV100 : un programme international ambitieux dans lequel EDF s’est engagé, afin de convertir 100% de sa flotte de VE légers à l’électrique (soit près de 30 000 véhicules en France). Au 31 décembre 2020, 12,2% de la flotte est électrifiée avec un objectif d’environ 30% en 2023.

    Ensuite, le Projet AUXR_H2 avec la mise en service, dès le second semestre 2021, de la station à hydrogène renouvelable d’Auxerre, d’une puissance de 1 MW, qui permettra d’alimenter 5 bus du réseau Leo (Transdev), des véhicules utilitaires légers et des camions. Le projet devra permettre d’éviter l’émission de 2 200 tonnes de CO2 chaque année. Pour répondre au développement de nouveaux usages, l’objectif à horizon 2024 est d’étendre à la fois les capacités de production (de 1 à 3 MW) et d’accueil de la station, tout en renforçant leur caractère multimodal, afin d’accompagner l’émergence de tous les usages de l’hydrogène. Cette station participe ainsi plus largement à la création d’un écosystème de grande envergure propice à l’émergence de nouveaux projets hydrogène de décarbonation.

    Enfin, en Allemagne, dans le cadre du Projet Westküste100, nous construisons à Hemmingstedt, près de Heide, dans l’état du Schleswig-Holstein, un électrolyseur de 30 MW, l’un des plus importants d’Europe à ce jour. Alimenté par des parcs éoliens de mer du Nord, il sera installé puis exploité par la joint-venture constituée de la raffinerie de Heide, d’Ørsted et de Hynamics. Un projet d’extension de 700 MW est à l’étude dont le but sera de décarboner un site cimentier à proximité.

    E4SM : Qu’attendez-vous du prochain Forum Energy for Smart Mobility ? 

    Anne-Sophie Cochelin : Nous souhaitons qu’il permette aux différents acteurs de la mobilité électrique de se rencontrer car EDF a une conviction : l’essor de la mobilité passera par la fédération d’acteurs (filière auto, énergéticiens bas carbone, utilisateurs de VE, professionnels de l’immobilier, collectivités …). Et le forum est aussi au cœur du développement de la filière hydrogène qui passe par l’émergence de nouveaux usages pour arriver à l’échelle industrielle, diminuer les coûts et, ainsi, initier un cercle vertueux qui permettra de décarboner durablement la mobilité.

    Share Post: