|

  • fr
  • en

11
Nov

EDF veut devenir leader des bornes de recharge en Europe

L’énergéticien français a présenté il y a quelques jours son Plan Mobilité électrique destiné à faire de lui dès 2022 le premier fournisseur en électricité pour véhicules électriques, le premier exploitant de réseau de bornes électriques et un leader du « smart charging ». Et ce sur ses quatre plus grands marchés européens : France, Royaume-Uni, Italie et Belgique.

Objectifs ambitieux

EDF compte fournir en électricité 600 000 véhicules dans les quatre pays cibles, soit 30% de part de marché. Dès 2019, le groupe proposera sur chacun de ces marchés des offres intégrées comprenant la fourniture d’électricité bas carbone, une solution de recharge pour tous les clients disposant d’une place de parking ainsi que des services pour l’optimisation de la recharge et l’usage de la batterie du véhicule.

Via sa filiale Sodetrel, EDF vise également le déploiement de 75 000 bornes d’ici 2022 et l’accès à 250 000 bornes en interopérabilité pour ses clients en Europe.

Enfin, EDF veut devenir le leader du smart charging en Europe avec comme objectif d’exploiter 4 000 bornes « intelligentes » dès 2020.

Multiples partenariats

Pour atteindre ses objectifs, EDF compte s’appuyer sur des partenaires, constructeurs automobiles et start-up. Avec Renault par exemple, l’électricien va travailler sur la compétitivité tarifaire, les réseaux plus ou moins isolés (îles, quartiers urbains) et l’intégration des VE dans l’autoconsommation. Avec Toyota, la coopération portera sur le smart charging et les stations hydrogène. L’association avec Valeo s’intéresse aux nouvelles technologies de batteries. EDF va aussi collaborer avec la jeune pousse allemande Ubitricity, spécialisée dans la recharge sur lampadaire en voirie.