|

  • Français
  • Anglais

15
Mai

L’avenir des infrastructures de charge en Europe

Le cabinet d’avocats Watson Farley & Williams, partenaire du Forum E4SM, publie une série d’articles sur le déploiement des infrastructures de recharge des véhicules électriques dans différents pays de l’Union européenne et au Royaume-Uni. Nous reprenons ici l’introduction avec les liens vers les articles sur les pays.

L’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni sont engagés dans des programmes ambitieux de réduction des émissions de dioxyde de carbone dans le cadre d’une stratégie de long terme visant à décarboner le secteur des transports en utilisant différents moyens comme la conduite connectée et automatisée, combinée au déploiement des véhicules électriques et à un recours plus important aux carburants alternatifs.

Des objectifs ambitieux en France et en Allemagne

Alors que certains membres de l’UE se concentrent sur les véhicules fonctionnant au gaz naturel, beaucoup (Autriche, Danemark, France, Finlande, Allemagne, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne et Suède), ainsi que le Royaume-Uni, donnent la priorité aux véhicules électriques.

Et certains ont des objectifs ambitieux. L’Allemagne veut disposer d’un million de véhicules électriques d’ici 2022 et la France doubler ce nombre à la même date. Le Royaume-Uni souhaite quant à lui que son trafic soit exempt d’émissions d’ici 2050, tandis que l’Espagne n’autorisera pas l’immatriculation des véhicules non électriques à partir de 2040. La probabilité que la France et l’Allemagne soient en mesure d’atteindre leurs objectifs fait débat, beaucoup faisant valoir que les délais ne sont pas réalistes.

Un nouveau champ d’opportunités

Quoi qu’il en soit, depuis 2014, l’UE exige que tous les États membres « veillent à ce que les points de recharge accessibles au public soient construits selon une couverture adéquate afin de permettre aux véhicules électriques de circuler au moins dans les agglomérations urbaines / suburbaines et autres zones densément peuplées » *.

Pour y parvenir, plus d’une douzaine de projets d’infrastructures de véhicules électriques faisant partie du programme RTE-T / CEF-T, axés sur la création de corridors transeuropéens et reliant des projets gérés par les États membres, sont actuellement soutenus par la Commission européenne. L’UE promeut également activement l’interopérabilité, les normes ouvertes et la recharge intelligente, avec un million de nouveaux points de charge créés en Europe d’ici 2025 dans le cadre du « Green New Deal » en préparation à Bruxelles.

Le développement de l’infrastructure de recharge est essentiel pour garantir que l’UE et le Royaume-Uni puissent atteindre leurs objectifs ambitieux et faire de l’Europe le premier continent mondial en matière de technologies zéro émission. Et cela dépend de la mise en place de cadres juridiques applicables.

Pour les investisseurs et les développeurs, cela signifie qu’un tout nouveau champ d’opportunités commerciales arrive ou est déjà là. Cette série d’articles résume les cadres juridiques actuels en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni et les modèles commerciaux déjà existants que nous voyons sur le marché des bornes de recharge électriques sur cette base.

Retrouvez ci-dessous les articles spécifiques sur les différents pays :

> ALLEMAGNE

GRECE

ITALIE

FRANCE

*Directive 2014/94 / UE du Parlement européen et du Conseil

Share Post: